Dernières actus

Importation automobile: Aucun agrément n’a été délivré

Ces derniers jours la presse nationale s’est fait l’écho sur un probable dénouement heureux en ce qui concerne le dossier des importations de véhicules neufs vers l’Algérie. Cependant, le ministre de l’industrie a vite fait d’infirmer cette information.

En effet, il a déclaré que le ministère de l’Industrie n’a jusqu’à l’heure actuelle délivré aucun agrément pour l’importation des voitures compte tenu des réserves émises par la commission spécialisée.

S’exprimant lors d’une plénière de l’Assemblé populaire nationale (APN) consacrée aux réponses aux questions orales, Ahmed Zeghdar. a fait savoir que « la commission technique chargée d’examiner les demandes d’agrément pour l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs a étudié jusqu’à présent 27 dossiers sur 66 déposés par les opérateurs économiques. Cependant, aucun agrément n’a été délivré pour diverses réserves émises par la commission ».

Les demandes déposées au niveau de la commission portent sur l’importation de véhicules touristiques et utilitaires, camions, tracteurs, autocars et camionnettes, engins roulants, tracteurs agricoles et motocycles.

Parmi les dossiers étudiés, huit ont fait l’objet de réserves notifiées aux opérateurs. Leur examen est reporté jusqu’à obtention des informations complémentaires demandées, a précisé le ministre qui a fait remarquer que les autres dossiers ont reçu un avis défavorable.

D’après les explications du ministre, la majorité des réserves ont porté sur les infrastructures nécessaires pour l’exercice de cette activité dont les showrooms et les dépôts, notamment en ce qui concerne sa nature juridique. « Il est inconcevable d’octroyer un agrément pour l’exercice de cette activité sur une terre agricole », souligne le ministre.

« Les agréments seront accordé seulement avec un avis favorable de la commission technique », explique M. Zeghdar.

« La grande rentabilité de ce créneau a suscité intérêt des opérateurs économique venus déposer leurs demandes pour pouvoir accéder en premier à ce marché. La précipitation dans le dépôt des dossiers s’est toutefois négativement impactée notamment sur le respect du cahier des charges », a conclu le ministre.

Concernant l’importation de voitures d’occasion de moins de trois ans, et selon le directeur général de la compétitivité industrielle au ministère, Abdelaziz Guend,  la loi le permet clairement, la mise en œuvre de la procédure nécessitant toutefois la promulgation d’un texte réglementaire, en cours d’élaboration d’ailleurs.

Sur la possibilité de commencer l’importation de ce type de véhicules au courant de 2022, M. Guend a répondu: « Peut-être avant, il faut être optimiste ».

(Avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


G-0ZLPT9PH2K