Dernières actus

Pas d’argent pas de voitures!

Le milieu de l’automobile a été, la semaine dernière, animé par un semblant de confrontation entre les importateurs ayant déposé leurs dossiers auprès du Ministère de l’Industrie et qui seraient au nombre de neuf concessionnaire et la commission technique en charge des dossiers. Il semblerait que les neuf opérateurs ont essuyé un refus de cette commission interministérielle.

Aucun d’entre eux n’aurait répondu en totalité aux exigences du cahier de charge relatif à l’activité d’importation de véhicules automobiles et d’engins de travaux publics.

Des concessionnaires dont certains médias ont recueillie les déclarions, sont très remontés contre ces decisions, ils ont indiqué que les refus ont été notifié pour des raison fallacieuses.

En tous cas, il semblerait que le blocage des importations de véhicules n’est qu’une suite logique aux décisions prises par le gouvernement pour ce qu’il s’agit des importations en général. En effet, un frein a été actionné dernièrement pour certaines importations de produits divers.

Les reserves en devises en constante baisse depuis quelques année sont la cause la plus déterminante à l’arrêt des importations de plusieurs produits à l’instar des véhicules automobiles. Un secteur gros consommateur de devises étrangère. Par exemple, pour 100.000 voitures importés la banque d’Algérie devrait débourser pas moins de 1.5 milliards d’Euros.

Au vu des évolutions de ce dossier, le gouvernement semble privilégier les importations individuelles par le biais des devises détenues par les particuliers. Opérations, au final, très onéreuse, lire à ce sujet l’article paru sur dzmotion. En ce qui concerne les plus grosses entités, des achats groupés sont réalisés à l’image des Peugeot Rifter acquises par certaines administrations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


G-0ZLPT9PH2K